Parmi les différentes expériences du primaire, il y en a une qui s'est avérée particulièrement difficile, et qui a certainement laissé un souvenir négatif en chacun de nous : je parle de la mémorisation des tables de multiplication, en fait la première vraie mémorisation, avec laquelle nous avions pour nous mesurer. La connaissance des tables de multiplication est très importante, car elle constitue la base de toute multiplication et division. Le résultat final de leur apprentissage est très utile, mais le chemin pour atteindre cet objectif est difficile.  La méthode traditionnelle d'apprentissage des tableaux de multiplication repose exclusivement sur la répétition, ce qui demande beaucoup de temps, des efforts considérables, un sentiment d'ennui et conduit à des résultats très modestes en termes d'apprentissage. Cette méthode vous permet d'apprendre une quantité limitée d'informations par unité de temps ; les contenus ainsi appris, sont très instables, et donc très vite oubliés. Pour cette raison, la méthode de répétition ne met jamais fin à tout apprentissage, car pour garder des souvenirs en mémoire, il faut toujours répéter. En pratique, la méthode de répétition, sur le plan neurologique, crée un nombre de synapses qui sont des liaisons électro-chimiques entre cellules neuronales, trop faible, pour garantir la qualité, la quantité et la durée de la mémorisation. Pour ces raisons, la méthode de répétition est hautement inefficace.

En analysant les caractéristiques des tableaux, nous découvrons que, ceux allant de 1 à 5, sont relativement simples à apprendre, et ne nécessitent pas de techniques particulières. Beaucoup plus difficiles sont les tables de multiplication allant de 6 à 9. Pour les apprendre rapidement, nous nous appuierons sur une stratégie de calcul arithmétique, qui est utilisée avec une fréquence considérable par les participants aux compétitions de calcul mental. Le cerveau a la prédisposition naturelle à mémoriser des informations, liées entre elles par des rimes ou des mélodies. Sur cette base, il est possible de miser sur l'utilisation de chansons et de comptines, très sympathiques et drôles.
L'idéal est d'en trouver un pour chaque table, faisant de cet apprentissage un exercice de chant. Pour les enfants, il suffira de répéter mentalement la chanson ou la comptine, et la mémoire de la table des temps relative sera assurée.